FLEURS SUISSES
QUALITE FRAICHEUR
ACCUEIL
HISTORIQUE

PRODUITS

QUALITÉ

FLEURISTES

PRESSES

CONTACT
QUALITÉ
ET DURABILITÉ
CHAUFFAGE DES SERRES
Les serres qui sont destinées principalement à la culture de la rose sont chauffées par des systèmes à eau chaude. Cette méthode est plus flexible qu’un chauffage par air chaud par exemple car elle permet de mettre en oeuvre des sources de chaleur à des gradients de température différents et à des endroits choisis. La serre est chauffée à une température de 17 à 23°C en fonction des périodes du jour et de la nuit selon la saison et les conditions climatiques extérieures.

Chez Crousaz Fleurs, le chauffage est assuré par deux systèmes de distribution. D’une part, par le réseau primaire (végétatif), composé de tubes en caoutchouc flexibles installés au niveau des fleurs et d’autre part, par le réseau secondaire au «plafond», tubes métalliques, disposés à environ trois mètres du sol. Le premier est alimenté en eau à 85°C et le second à 45°C.
retour

COMBUSTIBLE GAZ NATUREL
Le choix du combustible de chauffage des nouvelles serres construites à Yvorne dès 1975 a tenu entre autres à une spécificité du Chablais. En effet, c’est dans cette région que se trouve la raffinerie de pétrole de Collombey à quelques kilomètres de Crousaz Fleurs. Le choix s’était donc porté sur le mazout lourd qui était offert à des prix extrêmement intéressants.

En 2000, le mazout lourd a été abandonné et remplacé par du mazout EL. Cependant, Messieurs Crousaz père et fils voyaient déjà plus loin en pensant au gaz naturel.

Pour ce faire, les deux chaudières de 2500 kW installées sont équipées de brûleurs bicombustibles gaz-mazout. En 2001–2002, le pas est fait avec l’arrivée du gaz naturel livré par la Société du Gaz de la Plaine du Rhône (SGPR). La configuration bicombustible adoptée, applicable uniquement pour des grandes puissances, permet à Crousaz Fleurs de bénéficier d’un contrat de fourniture interruptible de gaz naturel, assorti d’un tarif en conséquence. L’énergie utilisée est prioritairement le gaz naturel.
retour

EN IMAGES
retour

CO2 COMME "ENGRAIS"
Une serre a pour but principal de faire pousser durant une grande partie de l’année, dans des conditions optimales, des produits de première qualité. Pour ce faire, elle doit être ventilée, chauffée et pourvue de tous les dispositifs de contrôle et de régulation.

La photosynthèse se traduit par une absorption de dioxyde de carbone (CO2), un rejet d’oxygène et, finalement, la constitution de toutes les molécules nécessaires à la croissance et au développement des plantes. Le CO2 est donc une matière première indispensable au processus de la photosynthèse qui ne peut se produire qu’à la lumière. Et à une température comprise entre 10 et 30°C.

La teneur normale en CO2 de l’air est de l’ordre de 350 ppm (0,03%). Lorsque le taux baisse, la croissance est ralentie, voire même arrêtée. Par contre, l’intensité photosynthétique peut être accélérée par augmentation du taux de CO2. Pour les roses, le taux optimal est de 800 ppm. En plus de l’énergie thermique produite par la combustion du gaz naturel, le CO2 contenu dans les produits de combustion est injecté dans la serre après refroidissement à 50°C dans un échangeur, raccordé au système de chauffage, à la sortie de la première chaudière de 2500 kW. Une sonde de CO2, réglée à 800 ppm, commande le démarrage et l’arrêt de la chaudière. Le CO2 est distribué dans les cultures par des boyaux souples perforés.
retour

COUPLAGE CALEUR-FORCE (CCF)
L’exploitation Crousaz Fleurs est un gros consommateur de courant électrique pour l’éclairage des serres qui est assuré par 2000 lampes de 400 à 750 W. Messieurs Crousaz père et fils cogitaient depuis quelques années sur une production électrique sur le site.

C’est en Hollande qu’ils ont trouvé une installation de couplage chaleur-force, avec peu d’heures de fonctionnement, en service dans une exploitation horticole. La transaction finalisée, le CCF a été démonté, remonté et mis en service en 2008 à Yvorne. Il s’agit d’un agrégat de 1200 kWth et 752 kWel. Avec un moteur CAT 12 cylindres avec deux turbocompresseurs, le CCF est piloté en fonction des besoins électriques et la production est intégralement consommée sur le site par les 2000 lampes d’éclairage des 150’000 rosiers. La chaleur produite est directement utilisée pour le chauffage des serres ou alors stockée.
retour

STOCKAGE DE L'EAU CHAUDE
Le principe de la photosynthèse montre que le CO2 doit être injecté durant la journée alors que le chauffage qui génère ce CO2 est plutôt nécessaire la nuit. Il y a donc souvent un manque de simultanéité entre la production de CO2 et la consommation d’énergie thermique. La solution consiste donc à stocker l’eau chaude et la chaleur non consommée durant la journée afin de pouvoir utiliser cette chaleur durant la nuit. Chez Crousaz Fleurs, c’est un stockage cylindrique horizontal, à couches stratifiées entre 30 et 80°C, de 250’000 litres qui a été mis en place. Avec le CCF et l’injection du CO2 des produits de combustion, le rendement de production est amélioré de 30% et les émissions de CO2 dans l’atmosphère sont largement réduites.
retour

CERTIFICAT
retour

RUBRIQUES
retour
Crousaz Fleurs SA
Près Seigneux
1853 Yvorne
Suisse

lundi-vendredi 6h-16h
samedi 7h-12h
dimanche fermé

phone +41 24 468 00 00
info@crousaz.ch


Webmaster : Patrick Burnens | www.burnens.com
Mise à jour le 2 février 2022